40e anniversaire du jumelage 

Seattle/Nantes

AJ : Susan Kegel, vous venez d’être élue présidente de la Seattle-Nantes Sister City Association (SNSCA) en décembre 2019. Comment votre aventure avec la ville de Nantes a-t-elle commencé et quel est votre rôle en tant que présidente ?

 

SK : Mon fils étudiait à l’université de Washington avec une double option langue française et études internationales. Il est parti pour Nantes, la ville jumelée avec Seattle, dans le cadre d’un programme d’échange et il y a passé une année formidable. La plupart des étudiants de ce programme, il y en a environ 15 par an, ne font en général qu’un trimestre, durant l’automne.

Je me suis demandé comment je pourrais participer activement à ce jumelage Nantes-Seattle après que la ville de Nantes ait pris contact avec mon fils pendant son année scolaire. Les deux associations de Nantes et Seattle [La Maison des États-Unis de Nantes et la SNSCA] sont des organisations toutes les deux à caractère non lucratif. Il n’existe pas de lien formel entre les deux villes.

J’ai d’abord été membre de la SNSCA et au conseil d’administration pendant 6 ans, puis vice-présidente en 2018, et ce,  pendant une année. Avant cela j’ai travaillé dans le secteur de la high-tech. Je suis installée dans l’État de Washington depuis 25 ans après avoir résidé en Californie et sur la côte Est.

Être présidente de la SNSCA, c’est avoir un rôle de dirigeante : je me sens responsable de maintenir, voire même d’accroître, le nombre des membres de l’association. Mon rôle est également de promouvoir le jumelage au sein de la communauté de Seattle et particulièrement  de la communauté francophone.

AJ : Comment le jumelage entre les deux villes a-t-il commencé il y a 40 ans?

 

SK : C’est parce qu’ils aimaient la France que certains Seattleites ont créé ce jumelage. Nantes était dans la liste des villes qui pouvaient être potentiellement jumelée à Seattle. Nantes et Seattle ont de nombreux points communs : elles sont proches de l’océan, ce sont deux grands ports, elles ont une industrie maritime, elles ont un temps assez similaire, l’art y est important. Ce sont aussi des régions vinicoles et de pêche.

C’est au Château des ducs de Bretagne, à Nantes, en 1980, que s’est tenue une exposition sur le chef indien Sealth, d’où vient le nom de Seattle, organisée en partenariat avec le MOHAI [Museum of History & Industry] et toutes les pièces    exposées ont ensuite été offertes à la tribu Suquamish à la fin de l’exposition.

AJ : Quelles sont les activités de la SNSCA ?

 

SK : La SNSCA a un rôle éducatif, culturel et social. La chambre de commerce franco-américaine a, elle, un rôle économique et  d’entreprise.

Nous proposons trois bourses tous les ans : une pour un étudiant d’une université de l’État de Washington pour aller étudier à Nantes  l’année suivante ; une pour un étudiant d’une    université de l’État de Washington pour partir   étudier dans un pays francophone ; et une autre enfin, pour étudier le français dans une université de l’État de Washington et se destiner à une profession médicale ou d’éducation.

L’association propose également plusieurs programmes d’échange cette année : dans une école élémentaire de la région, par exemple, il s’agit d’avoir un élève avec qui correspondre ; au niveau des lycées ce sont des matchs de basketball qui sont organisés entre les deux villes ; au niveau de l’université, enfin, il s’agit d’un programme de deux semaines d’immersion pour les Nantais. Et nous avons aussi des programmes à la carte.

AJ : 2020 est donc le 40e anniversaire de ce jumelage. Quels sont les différents événements que vous organisez pour cette occasion ?

 

SK : Le 40e anniversaire du jumelage est pour nous l’occasion d’accroître notre influence et de faire participer le plus de monde possible dans ce que nous faisons. Le travail d’organisations, telles que la nôtre, est encore plus important parce que la coopération et la compréhension mondiales sont mises à rude épreuve. Un des événements majeurs pour ce 40e 

anniversaire sera l’embellissement de Nantes Park qui a été inauguré en 2005 et où l’on  trouve un beau magnolia offert par la ville de Nantes. C’est un petit parc qui donne sur une rue passante et seul un panneau indique qu’il s’agit d’un parc en l’honneur du jumelage avec Nantes. Nous avons reçu deux subventions : la première du Neighborhood Matching Fund  program [programme d’aide financière aux  divers quartiers de Seattle] pour l’installation de sculptures de Claude Ponti, dont on peut admirer des œuvres au Jardin des plantes de Nantes. Cet artiste a accepté de collaborer avec nous et la ville de Nantes. Nous réfléchissons pour l’instant à la façon d’installer son œuvre dans le parc. 

La deuxième subvention provient du West Seattle Garden Tour [groupe qui organise une tournée annuelle des jardins de particuliers dans le quartier de West Seattle] afin que le banc en ciment dans le parc soit carrelé. Il ne s’agira pas forcément d’un artiste français qui réalisera ce travail, mais l’inspiration de l’art sera  française.

Les deux temps forts du 40e anniversaire auront lieu en juin et en octobre : à Nantes, en juin, pour une semaine. Une délégation de cinq artistes se rendra à Nantes pour parler et    présenter l’art des natifs de la côte nord-ouest des États-Unis ; trois tribus seront représentées et des impressions papier de leur art pourront être admirées.

En octobre, l’attention sera sur Seattle avec une semaine de festivités et la venue des  Nantais pour lesquels nous recherchons    d’ailleurs des familles afin de les accueillir.

AJ : De quoi vit l’association ?

 

SK : L’association vit grâce aux membres, aux donations. On récolte aussi des fonds lors de la French Fest en mars où l’association tient un stand [cette année malheureusement, la French Fest a dû être annulée du fait de l’épidémie de Covid-19]. La ville de Seattle nous alloue également une petite somme d’argent à condition de remplir certains critères. Nous avons des activités annuelles comme la célébration du 14 juillet ou une soirée crêpes.

En tant que présidente de la SNSCA je suis prête à relever le défi de l’innovation dans le cadre de ce jumelage au cours de cette année 2020.

 

Annie Joly

Correspondante Culture

© 2020 by Made in France