Renaissance Mondiale du Vélo

       Une activité amusante, libératrice, et excellente pour la santé, permettant la distanciation physique… et qui a augmenté en flèche depuis le début de la pandémie de la COVID-19.

Qu'est-ce que c’est ? C’est la pratique du vélo !

Des familles qui s'agitent chez elles, des habitants de grandes villes sans accès au métro ou au bus, et des accros du fitness frustrés face à des salles de sport fermées – sont à l'originie de l'explosion des ventes de vélos sans précédent depuis des décennies. Les allées de vélos des supermarchés américains, comme Walmart ou Target, ont été vidées, balayées, et les boutiques indépendantes font des affaires florissantes en vendant presque tous leurs vélos à des prix tout à fait abordables.

Les Français, aussi, se sont rués vers les magasins de bicyclettes. Selon l'Union Sport et Cycle, l'organisation professionnelle du secteur du vélo, les ventes ont bondi de 117 % sur la période allant du 12 mai au du 12 juin par rapport à la même période en 2019.

       La ruée vers le vélo se voit dans le monde entier. Dans les grandes villes européennes les plus connues pour leurs rues encombrées de voitures, comme Londres, Paris, et Rome, de nouvelles pistes cyclables (surnommées les « coronapistes ») fleurissent : la pandémie a donné un nouvel élan à la petite reine, idéale pour décongestionner les transports publics. Paris, avec près de 1 000 km de pistes cyclables en a construit 50 supplémentaires en réponse à la crise sanitaire.

À Montréal, plus de 98 miles de corridors sanitaires ont été créés en moins d'un mois. Dès le mois de juin, 37 miles de pistes cyclables et 27 miles de pistes piétonnes ont été créées. À la mi-avril à Washington D.C., trois grandes routes ont été ouvertes à la marche, au vélo, au jogging et à la trottinette. Oakland, en Californie, a fermé 74 miles de rues à la circulation avec son programme de « Slow Streets » et New York s'est engagé à en fermer 100 miles, en commençant par 40 miles en mai. Boston, Minneapolis, Philadelphie et San Francisco ont également fermé des routes et Seattle prévoit maintenant de fermer en permanence au moins 20 miles de rues.

       En Europe, les incitations financières stimulent la pratique de la bicyclette. Les mesures de relance prises par le gouvernement italien ont inclus un rabais de 500€ sur le « bonus bici » ce qui représente jusqu'à 60 % du prix d'un vélo. Le gouvernement francais a annoncé, par la voix de la ministre de la Transition écologique et solidaire, une mesure d’incitation à la remise en état des vélos pour les Français. Applicable sur la période du 11 mai au 31 décembre 2020, une prise en charge à hauteur de 50€ HT permettra de couvrir une partie significative des frais.

Toujours d’après l’Union Sport et Cycle, « les circonstances inédites que nous traversons doivent être l’occasion de repenser les habitudes et les modes de transport des Français au quotidien ». Cette mesure française s’inscrit dans un plan de 20 millions d’euros annoncé par la ministre, financé par le programme de certificat d’économie d’énergie Alvéole : Le Coup de Pouce Vélo. M. Édouard Philippe, le Premier Ministre français affirmait d'ailleurs : « Le vélo, c’est une solution à de vrais problèmes du quotidien [...] et une manière très concrète de participer à la transition écologique du pays ».

La pandémie entraîne également un boom du vélo à assistance électrique (VAE), qui constituait jusque là une niche dans le marché global. La plupart des vélos électriques nécessite évidemment un cycliste pour pédaler, mais les moteurs électriques apportent un surcroît de dynamisme. VanMoof, un fabricant néerlandais de vélos électriques, connaît une énorme demande depuis le début de la pandémie. Les ventes de Cowboy, un fabricant belge de vélos électriques, ont triplé entre janvier et avril par rapport à l'année dernière. Elles ont notamment augmenté en Grande-Bretagne et en France à peu près au même moment où ces pays ont commencé à assouplir les règles de confinement.

Après la pandémie, lorsque les voitures reviendront et qu'une « nouvelle normalité » émergera, l'enthousiasme pour le vélo durera-t-il ? Pour répondre, on devrait peut-être rendre visite à Bellitte Bicycles à New-York dans le Queens, le plus ancien magasin de vélos aux États-Unis. Salvatore « Sam » Bellitte, un immigrant sicilien, a ouvert ce magasin en 1918 pendant la grippe espagnole.

Plus d'un siècle plus tard, les portes du célèbre magasin restent ouvertes, classé comme une entreprise essentielle pendant la crise COVID-19. Le téléphone de Sal Bellitte, co-propriétaire et petit-fils du fondateur, n'a cessé de sonner alors que les New-Yorkais en quarantaine se sont à nouveau tourner vers la bicyclette pour voyager, faire de l'exercice et s'amuser. 

Le vélo et l’homme, c’est un partenariat durable. Le physicien allemand Albert Einstein a d'ailleurs judicieusement ecrit : « La vie, c'est comme faire du vélo. Afin de garder votre équilibre, vous devez continuer à pédaler ».

Bonne route !

Anne Paper

Correspondante Culture

© 2020 by Made in France